[Total : 2    Moyenne : 3/5]

 L’huile vierge de Jojoba bio est restructurante pour la peau.

Excellent soin des cheveux, elle les nourrit et les assouplit.

GENERALITES

Histoire :

Le Jojoba est originaire des zones semi-désertiques du nord du Mexique et des États-Unis (sud de la Californie et Arizona). Le nom latin du jojoba est Simmondsia. Il appartient à la famille des Simmondsiaceae et à l’ordre des Euphorbiales.

Son nom scientifique est : Simmondsia chinensis.

Son nom indien était « Hohowi ». Le nom de « jojoba » dérive de son ancien nom mexicain : « chohobba », qui est devenu « jojoba » en espagnol.

L’arbuste étant brouté par les cerfs, chèvres et moutons, les bergers l’ont dénommé « goatnut » (« noix de brebis »).

L’un des tout premiers écrits à mentionner le Jojoba est le journal du père Junipéro Serra. C’était au XVIII ième siècle en 1769… En 1789, c’est au tour du père jésuite Clavijero de publier la »Storia della California ». Dans ce livre est mentionnée l’utilisation du Jojoba par les Indiens. Les graines, très riches en protéines (35%) leur servaient de nourriture tandis que l’huile était aussi utilisée comme remède pour cicatriser les blessures, pour protéger la peau et les cheveux contre la sécheresse du désert. Le jojoba était utilisé comme fortifiant des cheveux mais la vertu essentielle du jojoba était de préserver la douceur de la peau.

La culture du Jojoba fût d’abord développée en Californie où fût créée une coopérative distribuant des graines à ses adhérents. Ce sont les américains qui firent le plus de tests sur l’huile de Jojoba portant un intérêt à sa texture particulière. Cela a permis à deux chercheurs de l’université d’Arizona, Foster et Greene, d’établir un parallèle entre les constantes physico-chimiques de l’huile de Jojoba et le blanc de baleine. Etude d’autant mieux la bienvenue qu’en 1971 les Etats-Unis interdirent l’extermination des baleines. Le Jojoba connut alors un grand boom. Depuis 1976, sa production commerciale s’est étendue à l’Argentine, l’Australie, l’Égypte, Israël et le Pérou. En 1977, le célèbre élève Khairi du professeur Yermanos parvint à faire pousser le jojoba dans les zones arides d’Afrique. Enfin en 1982, l’huile de Jojoba obtient même un soutien de la part du gouvernement du Soudan et des Nations Unis. Ils se réunirent lors d’une conférence pour favoriser la culture du Jojoba qui donne non seulement une huile très intéressante mais qui protège également les sols.

Graine, ammande de jojoba bio

Graine, ammande de jojoba bio

Botanique :

C’est un arbuste épais et touffu des régions arides et semi-arides :

– Nord ouest du Mexique (désert du Sonora, basse Californie)

– Sud ouest des Etats-Unis d’Amérique (sud de l’Arizona, Californie

-San Diego)

Les branches les plus basses sont les plus développées et forment généralement ainsi une demi-sphère.

Pendant la croissance, les branches les plus basses, donc les plus jeunes, disparaissent avec l’ombre produite par la plante.

Il peut atteindre 5 mètres de hauteur.

C’est une plante à racine pivotante; cette racine principale assure l’ancrage et le stockage des réserves de la plante. Ce système radiculaire du jojoba maintient une stabilisation des sols et freine la croissance des déserts dans le monde. Il procure également une résistance de la plante face à des conditions de grande sécheresse, à tel point que cette dernière peut résister un an et demi sans apport d’eau.

Les feuilles sont de forme ovale, coriaces et velues sur les deux faces. Les jeunes feuilles sont d’un vert doux ou gris puis deviennent jaune verdâtre. Le jojoba est une espèce dioïque, c’est-à-dire que les fleurs mâles et femelles apparaissent sur des pieds séparés. Il y a autant de pieds mâles que de pieds femelles. Les fleurs femelles sont isolées de couleur vert pâle. Les fleurs mâles sont jaunes, petites et disposées en grappe de capitules. La floraison débute en Mars/avril. Le fruit est une capsule et il se développe en juillet/Août. Dans le désert de Sonora, le jojoba vit en symbiose avec une petite souris Perognatus baileyi. Elle se nourrit de graines, creuse des terriers et facilite ainsi la pénétration de l’eau dans le sol et les graines isolées peuvent alors germer.

Culture :

Le jojoba pousse dans les zones semi-désertiques du nord du Mexique, du sud de l’Arizona et de la Californie. Il est cultivé en Amérique du Sud, en Israël et expérimentalement dans quelques zones du continent africain.

Les facteurs influant sur la culture du jojoba :

la température : Les seuils critiques de températures sont compris entre -5°C et + 50°C. Le jojoba tolère des variations thermiques très importantes.
le sol : pour que la racine pivotante de la plante puisse se développer et capter l’humidité du sol, il faut que ce dernier soit profond. Le jojoba aime les sols granitiques avec un bon drainage et une aération importante.
l’eau : de manière générale, la production est améliorée quand les années sont pluvieuses. Les jeunes plants nécessitent une irrigation continue.
le vent : il est essentiel puisque la fécondation est anémophile (transport des grains de pollen par le vent).
La localisation des plantations :

Le jojoba se développe d’un climat méditerranéen à tropical. Sa répartition géographique potentielle est donc vaste. Les cultures les plus importantes se situent en Israël, en Australie et au sud des Etats-Unis.

Les techniques de cultures : Il est possible de réaliser des plantations de jojoba grâce à trois techniques qui sont le semis, le bouturage et la culture de tissu.

Pour un rendement maximum… : La proportion optimale est de 75-80 % de pieds femelles et de 20-25 % de pieds mâles pour une densité de 2 200 à 2 800 pieds à l’hectare. L’espacement entre les rangs doit être de plusieurs mètres de façon à ce que chaque plante bénéficie d’une quantité de lumière maximum non limitée par l’ombre occasionnée par le plant voisin. Le jojoba est fort résistant aux maladies et aux insectes mais il existe toutefois des microorganismes dévastateurs pour les cultures de jojoba tels que le Phymatotrichum omnivorum aux Etats-Unis et l’Heliotis punctigera en Australie.

La récolte, qu’elle soit manuelle ou mécanisée, doit se faire quand les graines sont presque mures ou mures (même contenu en cire et en protéines) soit environ cinq mois après la floraison.

Obtention d’huile :

L’huile est obtenue à partir de la graine. La graine de jojoba renferme jusqu’à 60% d’huile.

Il existe 2 modes d’extraction:

L’extraction par solvant qui nécessite ensuite une opération de raffinage poussée
L’extraction par pression
La meilleure méthode d’obtention est celle de la pression à froid sans solvant. Elle permet non seulement de conserver les constituants de l’huile tels quels (peu d’ acides gras saturés et peu d’acides gras libres) mais également d’éviter l’opération d’élimination du solvant (procédé respectueux pour l’environnement ).

COMPOSITION

Composition en Acides Gras en % :

Acide gras inférieurs à C14 = 0.5
Acide palmitique C16:0 = 3.0
Acide palmitoléique C16:1 = 1.0
Acide stéarique C18:0 = 1.0
Acide oléique C18:1 5.0 – 15.0
Acide linoléique C18:2 = 1.0
Acide gamma-linolénique C18:3 = 1.0
Acide arachidique C20:0 = 0.5
Acide gadoléique C20:1 65.0 – 80.0
Acide érucique C22:1 10.0 – 22.0
Acide nervonique C16:0 = 3.5
Insaponifiables 45 – 55
Composition en Acides Gras en % :

Stérols 0.44
Alcool gras libres 1.11
Acides gras libres 1.0
Trioléïne 0.1
Esters cireux 97.05
Autres corps 0.3
CARACTERISTIQUES

Aspect : liquide limpide
Odeur : légère douce agréable rappelant la noisette
Couleur (gardner) : jaune or (15 maxi)
Densité (à 20°C) : 0.860-0.870
Point de solidification : 6.7 – 7.0°C
Point de fusion : 11.2 – 11.8 °C
Point d’ébullition : 338°C
Viscosité à 99°C : 48 cps
Indice de réfraction (20°C) : 1.4640 – 1.4660
Indice de saponification : 85-98
Indice d’iode : 80 – 90

 

PROPRIETE

L’huile de Jojoba est qualifiée d’ »huile », mais de par sa composition chimique, il s’agit plutôt d’une cire liquide, qui comporte 97% d’esters cireux.

L’huile de Jojoba est celle qui se rapproche le plus du sébum sécrété naturellement par nos glandes : c’est une des seules huiles dont la composition est similaire à celle du sébum humain.

Elle crée ainsi une couche d’hydratation non grasse à la surface de la peau.

C’est une huile stable, qui ne rancit pas du tout (elle résiste bien à l’oxydation et à la chaleur). L’huile de Jojoba a la particularité d’être parfaitement stable, de par l’absence de triglycérides dans sa composition (esters cireux présents). Elle ne rancit donc pas et ne nécessite pas l’utilisation de conservateur ou encore d’anti-oxydants dans la formulation cosmétique.

Cette huile est intéressante car elle contient un fort taux d’acides gras poly insaturés à longues chaînes (20 à 24 carbones); ainsi c’est une source directe d’AGI à longues chaînes pour l’organisme, sans avoir à solliciter son matériel enzymatique (désaturase et élongase) qui est souvent affaibli (lors du vieillissement).

L’huile de Jojoba est aussi caractérisée par sa haute teneur en insaponifiables : celle-ci joue un rôle important pour la protection de la peau (absorption dans l’UV-B, l max : 280 nm) et pour la cicatrisation de la peau.

APPLICATION

Usages pharmaceutiques :

Elle présente un intérêt par rapport aux antibiotiques. En effet, il a été démontré que des particules d’huile de jojoba pouvaient micro-encapsuler la pénicilline ce qui permet l’administration orale de cet antibiotique.

Le jojoba hydrogéné peut remplacer le blanc de baleine comme agent d’enrobage pour comprimés.

L’utilisation n’est pas encore possible car le délais d’absorption intestinal n’est pas encore connu.

De plus, cette huile inhibe l’activité du bacille responsable de la tuberculose.

Enfin, elle présente les propriétés d’un excellent antimousse. Elle est donc utilisée dans les milieux de fermentations pour la préparation des pénicillines ou des céphalosporines.

Huile de Jojoba en alimentaire Elle est peu absorbée et son action laxative limite son emploi comme huile de régime. Elle est faiblement digestible ( absence de lipase capables d’hydrolyser les esters cireux). Son faible apport énergétique suscite l’intérêt des nutritionnistes. Cependant de longues études toxicologiques sont nécessaires pour mettre un tel produit sur le marché.

Usages cosmétiques :

Faculté de pénétration extraordinaire.

Parfait vecteur pour l’aromathérapie.

Odeur agréable ne nécessitant pas l’intervention de raffinage.

L’huile vierge de Jojoba est une cire (97% d’esters cireux) au toucher non gras, employée en cosmétique, à l’instar du karité, pour sa teneur en insaponifiables (environ 50%).

Peau: Idéale pour les peaux sensibles, sèches et acnéiques.

Son application sur des lésions acnéiques régularise la sécrétion de sébum et tend ainsi à combattre l’acné.

Ses qualités restructurantes de la peau en font une huile de base de la pharmacopée.

Elle révèle aussi une action hydratante et adoucissante.

Cheveux: Excellent soin des cheveux, elle les nourrit , les assouplit, les fortifie, et les rend plus brillants.

L’huile de jojoba traite efficacement l’hypersécrétion séborrhéique et les pellicules.

Non sensible à la chaleur ni aux UV. Grande viscosité. Elle est utilisée comme anti-oxydant pour protéger les formulations cosmétiques.

Propriétés de l’huile de Jojoba :

Emolliente : Pénètre très bien la peau et la régénère.
Équilibrante : Sans doute à cause de sa parenté avec le sébum, son utilisation sur la peau en régularise sa production.
Protectrice : Crée un film non-gras qui préserve l’hydratation naturelle de la peau contre les agressions du froid et de la sécheresse.
Anti-inflammatoire: Excellente base pour les crèmes de soins destinées aux peaux sensibles.
Anti-UV : Filtre solaire naturel de protection
UTILISATION

Crèmes solaires
Savons
Shampooings
Crèmes pour les mains
Bains moussants
Stick pour les lèvres
Conditionner cheveux


One Comment

  1. oumar niang
    Posted juillet 9, 2013 at 4:05 | Permalink

    ou trouveton l’huile de jojoba en afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*